paternité, père solo, modèle parental, rôle maternel, rôle paternel, parentalité parfaite, être un bon parent, perfection, exigeant avec soi même, famille monoparental, couple , séparation, divorce, hommes divorcés, veufs ou célibataires, doutes, réflexivité sur les pratiques parentales, rapport à la norme, rôles parentaux, parentalité parfaite, parentalité solo, angoisses, tâches parentales et/ou domestiques , veuvage, décès, inquiétude, foyer, activités professionnelles prenantes, culpabilité, ex-conjointe, attentes de la société, défaillance maternelle, devenir un mauvais parent, souci de la perfection, psychologues, pédopsychiatres, psy, rassurer, la figure d’autorité, punit, punition, câlins, bisous, relation de confiance, faire ses preuves, témoignages, inquiétude, décrochage scolaire, problèmes comportementaux Mère célibataire, père célibataire, famille monoparentale, familles monoparentales, garde partagée, garde alternée, divorce, séparation, aides sociales, aides juridictionnelles, assistante sociale, aides familiales, famille recomposée, mère seule, père seul, avocat spécialiste divorce, juge des enfants, divorce tribunal, comment se depacser, après divorce, après séparation, bien gérer séparation, tensions dans couple, problèmes conjugaux, thérapie de couple, rester en bons termes, rester amis, procédures de divorce, tribunal de grande instance, vie conjugale, rupture, juge des affaires familiales, infidélité, problèmes sexuels, alcoolisme, violences, droit de visite, rôles parentaux trouver l'amour, être heureux en couple, faire des rencontres, trouver l'ame soeur, secrets couples heureux, bonheur en couple, savoir se surprendre, comment éviter la routine du couple, vie de couple épanouie, sites de rencontres, les meilleurs sites, les meilleures applications de rencontres, rencontres sérieuses, rencontres amoureuses, fun, date, sexe, vie sexuelle épanouie, trouver son plaisir, épanouissement en couple, extase, jouir, comment prendre son pied, retrouver amour, qui est compatible, compatibilité de caractères, avoir les mêmes valeurs, comment savoir si mon mec est fidèle, mon mec me trompe, recherche de la perfection, art de la séduction, comment séduire, trouver le grand amour, trouver bon site de rencontre, échec amoureux, seul, seule, timides, ou ceux et celles qui doutent de leur capacité à plaire. D'autres jouent au contraire à fond de leur physique et de leurs "charmes" naturels, conjoint idéal, Comment savoir si je l'aime vraiment ? Comment faire durer cet amour ? fidélité, projet commun à bâtir en couple. Apprendre à s’aimer, Guérir ses blessures, Changer sa vision de la vie, Attirer les bonnes ondes, Où trouver l’amour à Paris ?l’amour directement sur leur lieu de travail ou d’études. meilleurs bars pour rencontrer des célibataires. rooftops, bonnes adresses pour rencontrer l’amour.comment faire ? Profiter des soirées entre amis.Miser sur les sites de rencontres. Conseils séduction. origines sociales, les goûts.relation
Témoignages,  Tous les articles

Mères célibataires en confinement : « Je mets mon réveil à 4h du matin pour pouvoir travailler »

Confinées seules avec leurs enfants, les mères célibataires ont vu ces dernière semaines leur charge mentale décuplée, menant de front obligations professionnelles et responsabilités parentales. Une double bataille à laquelle se greffent, paradoxalement, de précieux moments de complicité.

maman solo par choix, maman solo sans emploi, maman solo heureuse, maman solo paris, maman solo suisse, maman solo avec ado, maman solo avec bebe, maman solo au bout du rouleau, maman solo au rsa, maman solo aide, maman solo astuce, maman solo a bout, maman solo aide soignante, maman solo aide caf, maman solo burn out, maman solo budget, maman solo bebe, maman solo bons plans, maman solo citation, maman solo charges, maman solo comment refaire sa vie, maman solo comment s'organiser, maman solo et heureuse, maman solo epanouie, maman solo et solitude, maman solo et education, maman solo et sport, maman solo et budget, maman solo entrepreneur, maman solo en depression que faire
maman solo et travail, maman solo famille nombreuse, maman solo fatigue, maman solo fusionnelle, maman solo finance, maman solo facebook, maman solo fin de mois difficile, maman solo heureuse, maman solo instagram, maman solo isolement, maman solo islam, maman solo je n'arrive pas a refaire ma vie, maman solo jumeaux, maman solo je suis epuisee, maman solo avec jumeaux, blog maman solo jumeaux, maman solo mes jumelles me rendent la vie impossible, maman solo livre, maman solo sans famille, maman solo besoin d'aide, maman solo logement, maman solo les aides, maman solo la semaine, maman solo location, maman solo malade, maman solo mode de garde, maman solo mode d'emploi, maman solo mode d'emploi livre, maman solo malheureuse, maman solo musulmane, maman solo noel, maman solo nouvel an, maman solo nouvelle relation, maman solo nourrisson, maman solo nomade, maman solo naissance, maman solo nature, maman solo et nouveau compagnon, maman solo organisation, maman solo org forum, maman solo ou partir en vacances, maman solo pma, maman solo prime de noel, maman solo partir en vacances, maman solo quel travail, maman solo qui craque, maman solo qui travaille, maman solo quel aide, maman solo quel metier, maman solo qui refait sa vie, maman solo qui voyage, maman solo quoi faire, organisation maman solo qui travaille, maman solo rencontre, maman solo rsa, maman solo reportage, maman solo rencontre amoureuse, maman solo recherche appartement, maman solo sans amis, maman solo smic, maman solo ski, maman solo solitude, maman solo salaire, maman solo sentiment solitude, maman solo triste, maman solo temoignage, maman solo travail temps partiel, maman solo travail temps plein, maman solo trouver un logement, maman solo tour du monde, maman solo travail de nuit, maman solo travail, maman solo veuve, maman solo vie amoureuse, maman solo vie sociale

maman solo nantes, maman solo Belgique, maman solo bruxelles, maman solo la rochelle, maman solo le mans, maman solo Luxembourg, maman solo montpellier, maman solo quebec, maman solo rennes, maman solo strasbourg, paris, maman solo tours, quotidien faciliter la vie être heureux être zen être serein sagesse sérénité bien être paix intérieure bonheur simple simplifier la vie trucs et astuces conseils aide aider faciliter simple simplement économiser optimiser son temps ne plus perdre de temps gagner du temps confiance en soi partage des tâches tâches ménagères mettre la table ranger sa chambre solidaire solidarité coup de main participer bonne ambiance conseils pratiques utile comment se simplifier la vie comment gagner 5 minutes comment rester zen ne pas stressé angoisse gérer stress gérer ses angoisses être un bon parent être une bonne maman être un bon papa amour famille heureuse famille unie famille recomposée, parent solo maman solo papa solo wishlov handicape famille monoparentale divorce séparation foyers monoparentaux élever  enfants parent seul  difficultés surcharge de travail garde des enfants en bas âge burn-out monoparentalité  recompositions familiales précarité économique seuil de pauvreté allocation de parent isolé API

Lundi 23 mars, dans la petite commune de Jonchery-sur-Vesle, dans la Marne. Après avoir passé plusieurs journées à tenter, sans succès, de commander ses courses en ligne, Mathilde, jeune mère célibataire, se rend au supermarché du coin avec sa petite fille de 4 ans.

Mais en arrivant, sous prétexte de mesures sanitaires anti-coronavirus, on lui refuse sèchement l’entrée. “Non, je ne peux pas vous laisser entrer. C’est interdit aux enfants”, lui annonce le vigile, le magasin ayant décidé de n’autoriser qu’une personne par caddie pour limiter la propagation du virus.

Si la jeune femme sera, dans ce cas, exceptionnellement autorisée à faire ses courses, les réactions n’ont pas tardé à fuser autour de ce fait divers rapporté par France 3 Grand Est.

Et pour cause, sans moyen de faire garder leurs enfants pendant le confinement, ni autre adulte présent à la maison, comment les mères célibataires, et plus généralement les familles monoparentales, seraient censées faire leurs courses et nourrir accessoirement leur progéniture ? D’ailleurs, comment sont-elles censées faire tout court ?

« Je lutte »

Car en plus du rôle de parent solo, déjà suffisamment exigeant, ces quelques 2,5 millions d’hommes et majorité de femmes* confinés avec leur énergique progéniture doivent aujourd’hui cumuler les casquettes d’instituteur improvisé et de télétravailleur ultra-connecté.

Je mets mon réveil à 4h pour pouvoir travailler plus tôt

 

“Je suis seule avec mes deux enfants de 8 ans et 2 ans et demi. Je lutte pour ne pas leur hurler dessus, je lutte parce que je dois leur faire l’école et que j’ai peur de rater un truc, je lutte parce que je ne sais pas occuper ma gamine (…). En temps normal, je bosse et j’adore mon boulot. Ce nouveau travail de maîtresse et assistante maternelle n’est pas fait pour moi”, explique cette anonyme sur le compte Instagram Bordel de Mères, qui essaie tant bien que mal de répondre à ces nouvelles injonctions, donnant à ces journées des allures de rouleaux compresseurs.

“Dès 8h, c’est la folie ! On part sur 9 longues heures, parfois plus, de mails à tout va, de vidéo-conférences, d’agacements, de sollicitations multiples de mon fils, de tentatives désespérées, de prendre une pause pour déjeuner, me faire un thé ou tout simplement aller faire pipi”, raconte la journaliste Amélia Edelman sur son blog “She Knows”.

Journée éreintante  

Pour parer au chaos domestique menaçant, les mères célibataires qui n’ont pas la chance d’avoir une baby-sitter à domicile ou d’avoir pu se réfugier chez leurs propres parents, misent finalement sur la seule bouée de sauvetage qui semble fonctionner en ces temps troublés : l’organisation.

Si j’arrive à faire les repas, le bain, un peu de ménage-repassage, je suis déjà contente.

“Je mets mon réveil à 4h pour pouvoir travailler plus tôt”, confie Charlotte*. Récemment séparée de son conjoint, cette mère de deux enfants, respectivement de 5 et 7 ans, se lève aux aurores pour optimiser ces quelques heures de calme et télescoper deux journées de travail en une.

“Puis, à 8h, je les réveille. On enchaîne sur petit-déjeuner, habillement et brossage de dents, puis 3 heures d’école à la maison. À midi, déjeuner rapide suivi d’un temps calme. Je leur mets généralement un film devant lequel il vont s’endormir à moitié, ce qui me laisse une ou deux heures pour me remettre à travailler sans être vraiment dérangée”, poursuit-elle.

“En fin de journée, j’enchaîne avec le trio bain-diner-petite histoire avant de dormir, avant moi-même de me remettre sur mes mails. Pour tenir, j’essaie de me coucher vers 22h30 mais ça ne m’empêche pas d’être crevée ! Et le week-end, j’en profite pour me faire livrer principalement des surgelés et ‘batchcooker’”, raconte-t-elle.

(Ré)organisation et lâcher-prise

D’autres, débordées à juste titre par la situation, choisissent tout simplement de relâcher la pression et de revoir leurs priorités. “Si j’arrive à faire les repas, le bain, un peu de ménage-repassage, je suis déjà contente !”, raconte Ornella*, 32 ans, mère d’une petite fille de 6 ans.

J’ai levé les interdictions de tablette, jeux vidéo et autres écrans pour pouvoir souffler et travailler un peu

“C’est difficile de rester stricte dans ces conditions. J’ai donc levé les interdictions de tablette, jeux vidéo et autres écrans pour pouvoir souffler et travailler un peu, admet-elle. Mon équipe a été mis au chômage partiel, du coup, j’ai effectivement moins de travail que d’habitude. Ça me dégage du temps certes, mais financièrement, ça risque de devenir rapidement compliqué. Du coup, j’essaie de dépenser au minimum et me lance dans des menus veggie un peu approximatifs (rires). J’ai la chance d’avoir une supérette en bas de chez moi, donc je peux y descendre rapidement sans laisser Alma seule trop longtemps”, nuance-t-elle.

De son côté, Caroline, mère de jumeaux âgés de 9 ans, tente de couper la poire en deux et implique chaque jour ses enfants dans l’élaboration d’un emploi du temps mêlant jeux, devoirs scolaires et tâches ménagères.

“Chaque matin, j’essaie de voir avec eux comment ils envisagent la journée. Je leur ai suggéré de m’aider pour certaines tâches comme arroser les plantes, balayer le balcon ou mettre leur assiette sale dans le lave-vaisselle après manger. Mais à vrai dire, ils n’ont pas franchement besoin de moi pour s’occuper. Ils se disputent juste un peu plus que d’habitude.”

Une nouvelle relation avec ses enfants

Au-delà d’une nécessité impérieuse de réorganiser le quotidien, Caroline souhaitait aussi profiter de ce confinement pour revoir (et corriger) ses relations avec ses enfants. “Le côté positif de cette quarantaine, c’est que ça me réapprend chaque jour à rester calme avec eux. J’avais trop tendance à crier, à m’énerver rapidement, prise dans le tourbillon du boulot et des corvées. Là, j’essaie d’une certaine manière de renouer une forme de dialogue, de contact avec eux.”

De 5h à 8h, c’est juste mon fils et moi

Même chose pour Amélia qui s’octroie trois heures de “fun” avec son fils par jour, durant lesquelles elle s’autorise de faire absolument ce qu’elle veut. “Je suis globalement terrorisée par la situation, je culpabilise, je ne dors pas assez et je me demande vraiment comment je vais pouvoir gérer financièrement… Mais, de 5h à 8h, c’est juste mon fils et moi. On fait du coloriage, on lit des histoires, on plante des trucs dans le jardin en pyjama. C’est ma soupape de décompression”, écrit-elle.

Pour transformer les corvées en jeux ludiques sans s’énerver, Jessica, mère célibataire de 4 enfants, a eu l’idée quant à elle de réorganiser la vie de famille avec créativité. Comme le rapporte le Huffington Post, cette Bretonne récompense chaque tâche ménagère effectuée par ses enfants avec… des billets de Monopoly. Ranger sa chambre ? 20€ ! Mettre la table ou débarrasser ? 5€ ! Faire ses devoirs ? 15€ !

Une économie domestique qui permet à ses bambins de se procurer, entre autres, toute sorte de friandises vendues dans “La boutique de maman” alias le placard à bonbons. “Avec le confinement, les devoirs à faire, les tâches ménagères et mon travail… Cela devenait un peu compliqué. Depuis que j’ai mis ce jeu en place, ils m’aident à la maison”, explique cette agent d’entretien qui fait partie de ceux et celles qui doivent encore se rendre sur leur lieu de travail chaque jour. “Mais l’essentiel”, conclut-elle, “c’est de passer du temps ensemble et de s’amuser”. On l’aurait (presque) oublié.

*En 2015, la France comptait 2,5 millions de familles monoparentales, selon l’INSEE.

Source : https://www.marieclaire.fr/mere-celibataire-confinement,1343525.asp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *