maman solo par choix, maman solo sans emploi, maman solo heureuse, maman solo paris, maman solo suisse, maman solo avec ado, maman solo avec bebe, maman solo au bout du rouleau, maman solo au rsa, maman solo aide, maman solo astuce, maman solo a bout, maman solo aide soignante, maman solo aide caf, maman solo burn out, maman solo budget, maman solo bebe, maman solo bons plans, maman solo citation, maman solo charges, maman solo comment refaire sa vie, maman solo comment s'organiser, maman solo et heureuse, maman solo epanouie, maman solo et solitude, maman solo et education, maman solo et sport, maman solo et budget, maman solo entrepreneur, maman solo en depression que faire maman solo et travail, maman solo famille nombreuse, maman solo fatigue, maman solo fusionnelle, maman solo finance, maman solo facebook, maman solo fin de mois difficile, maman solo heureuse, maman solo instagram, maman solo isolement, maman solo islam, maman solo je n'arrive pas a refaire ma vie, maman solo jumeaux, maman solo je suis epuisee, maman solo avec jumeaux, blog maman solo jumeaux, maman solo mes jumelles me rendent la vie impossible, maman solo livre, maman solo sans famille, maman solo besoin d'aide, maman solo logement, maman solo les aides, maman solo la semaine, maman solo location, maman solo malade, maman solo mode de garde, maman solo mode d'emploi, maman solo mode d'emploi livre, maman solo malheureuse, maman solo musulmane, maman solo noel, maman solo nouvel an, maman solo nouvelle relation, maman solo nourrisson, maman solo nomade, maman solo naissance, maman solo nature, maman solo et nouveau compagnon, maman solo organisation, maman solo org forum, maman solo ou partir en vacances, maman solo pma, maman solo prime de noel, maman solo partir en vacances, maman solo quel travail, maman solo qui craque, maman solo qui travaille, maman solo quel aide, maman solo quel metier, maman solo qui refait sa vie, maman solo qui voyage, maman solo quoi faire, organisation maman solo qui travaille, maman solo rencontre, maman solo rsa, maman solo reportage, maman solo rencontre amoureuse, maman solo recherche appartement, maman solo sans amis, maman solo smic, maman solo ski, maman solo solitude, maman solo salaire, maman solo sentiment solitude, maman solo triste, maman solo temoignage, maman solo travail temps partiel, maman solo travail temps plein, maman solo trouver un logement, maman solo tour du monde, maman solo travail de nuit, maman solo travail, maman solo veuve, maman solo vie amoureuse, maman solo vie sociale maman solo nantes, maman solo Belgique, maman solo bruxelles, maman solo la rochelle, maman solo le mans, maman solo Luxembourg, maman solo montpellier, maman solo quebec, maman solo rennes, maman solo strasbourg, paris, maman solo tours, quotidien faciliter la vie être heureux être zen être serein sagesse sérénité bien être paix intérieure bonheur simple simplifier la vie trucs et astuces conseils aide aider faciliter simple simplement économiser optimiser son temps ne plus perdre de temps gagner du temps confiance en soi partage des tâches tâches ménagères mettre la table ranger sa chambre solidaire solidarité coup de main participer bonne ambiance conseils pratiques utile comment se simplifier la vie comment gagner 5 minutes comment rester zen ne pas stressé angoisse gérer stress gérer ses angoisses être un bon parent être une bonne maman être un bon papa amour famille heureuse famille unie famille recomposée, parent solo maman solo papa solo wishlov handicape famille monoparentale divorce séparation foyers monoparentaux élever enfants parent seul difficultés surcharge de travail garde des enfants en bas âge burn-out monoparentalité recompositions familiales précarité économique seuil de pauvreté allocation de parent isolé API
Témoignages

JOURNAL DU CONFINEMENT : LE CONFINEMENT SOLO, RÊVE OU CAUCHEMAR?

Parent solo coronavirus, parents solos confinement, maman seule confinement avec enfants, papa solo, maman solo, isolement, solitude, famille monoparentale chômage technique, transmission enfants, toux enfants, fièvre toux enfants, confiner des enfants, que faire avec ses enfants, occuper ses enfants, week-end à la maison, week-end en famille, jouer à la maison, jeux enfants, jeux éducatifs, enseigner à domicile, apprendre, donner des cours, cours à domicile, date confinement, fermeture des écoles, jouet pour maison, que faire en confinement, occupations confinement, école à la maison, s’organiser pendant coronavirus, comment s’organiser, faire les devoirs, meilleurs livres, meilleurs films, enfants difficiles, enfants agités, responsabiliser, donner des objectifs, faire confiance, déléguer, tensions de couple, virus, en quarantaine, tâches ménagères, garder contact avec ses potes, apéro FaceTime, familles monoparentales, galere, séparation, faire amour coronavirus, rapports sexuels coronavirus, embrasser coronavirus, rester à la maison, rien faire, être productif, difficile pour couple, isoler, isolement, triste, tristesse, déprime, dépression, positif, diagnostique, diagnostic, se faire respecter, donner des ordres, s’imposer, comment gérer enfants confinement, faire respecter règles, règle de la maison, dîners horaires réguliers, recettes équilibrées, que faire à manger, enfants agités, enfants excités, enfants stressés, comment bien dormir, problème de sommeil, insomnie, remèdes naturels insomnie, traitement naturel insomnie, plantes pour dormir, physiothérapie plantes sommeil, problèmes digestion, prise de poids, perdre du poids, sport à la maison, cours de sport en ligne, exercices sport pour la maison, pratiquer du sport à domicile,

Le contraire eut été étonnant, mais ce premier mois de confinement m’a rappelée à peu près tous les jours que j’étais célibataire puisque je suis confinée seule. Non que j’aie soudainement découvert que personne d’autre n’habitait dans mon appartement. Mais les commentaires que j’entends ou que je lis sur le sujet me rappellent à quel point nous vivons dans une société qui continue d’en faire un tabou et qui panique à l’idée de vivre seul·e, même dans la situation inédite et extrême que nous connaissons. Étonnant, quand, après 4 semaines, il apparaît de plus en plus clairement qu’être confiné·e seul·e est plutôt une situation enviable, et les premier·e·s intéressé·e·s sont assez unanimes lorsqu’on leur pose la question. Surtout que vivre seul·e ne signifie pas nécessairement se sentir seul·e tant les scénarios sont variables d’un foyer à un autre; est-il vraiment utile de le rappeler? Oui, il semblerait.

Comme l’a souligné le philosophe Geoffroy Delagasnerie, les contours de ce confinement sont déjà très significatifs puisque sont autorisées à rester ensemble les personnes unies par les liens du mariage ou de la famille. Dans ses impressions dissonantes sur le confinement, Geoffroy Delagasnerie rappelle que “certaines relations intimes ont été définies comme des relations étrangères que nous ne pouvons plus entretenir: il est possible de vivre à 8 dans une maison si l’on est mari et femme avec enfants et grands-parents mais deux amis célibataires ou amants qui n’habitent pas ensemble mais pourraient malgré tout être vus comme formant une petite unité domestique sont interdits de se voir. Un policier est placé entre eux. ” Il est vrai que sanitairement parlant, rien ne prouve qu’un confinement familial soit plus efficace que deux personnes qui vivent séparément et se voient en respectant chacune les règles du confinement.

“On parle beaucoup moins des personnes qui ont choisi de ne pas se confiner à deux.”

On a beaucoup dit que ces règles creusaient les inégalités qui traversent notre société. Ce qui est vrai pour la qualité de l’habitat et de l’insertion professionnelle l’est aussi pour la vie maritale. Reste à savoir si concernant notre vie privée, l’injustice est d’être confiné·e seul·e ou en famille… 

Ce qui est certain, c’est que la question mérite d’être posée. Et qu’elle ne l’est jamais, tant le couple reste l’horizon unique de notre société, comme l’a justement rappelé Sophie Cadalen sur France Inter dans une émission consacrée au célibat au temps du Covid. Pourtant, les témoignages pleuvent pour dénoncer l’actuelle persistance de l’inégale répartition des tâches, le ras-le-bol de l’école à la maison, la baisse de libido des couples ou encore le possible pic de divorces qui pourrait faire suite à cette période de confinement. Toutefois l’évidence du couple résiste à tout. Côté célibat, on s’inquiète de l’isolement des personnes fragiles qui vivent seules, ou encore de la précarisation des travailleur·se·s du sexe. Mais on parle beaucoup moins des personnes qui ont choisi de ne pas se confiner à deux, ou encore de celles qui se sentent enfin débarrassées de la pression de devoir rencontrer quelqu’un et qui ont abandonné avec joie les applis de dating. Ou bien qui les réinventent façon échanges épistolaires et relations platoniques, sans le filtre de la performance qui règne sur nos vies intimes. Le confinement a déjà débarrassé les femmes de nombreuses injonctions esthétiques, il se pourrait qu’il soit aussi en train de les débarrasser de l’injonction au couple et à la famille. 

Et le sexe dans tout ça? Si le célibat en période de confinement est nécessairement une forme d’abstinence forcée, il semblerait que les couples confinés ensemble ne vivent pas non plus leur meilleure vie sexuelle. Tout le monde s’accorde à dire que la période n’est pas très positive pour la libido en général. Et pour celles et ceux qui ont réussi à la préserver, il existe des solutions qui préexistaient au confinement: des sextoys au sexting, en passant par le porno ou les podcasts. Bien sûr, au bout de 4 semaines, il y a aussi toutes les personnes qui commencent à revoir leur plan de confinement, que ce soit pour un soir ou pour emménager chez quelqu’un. Et il y a celles et ceux qui n’ont jamais eu aucun problème avec l’abstinence, dont on survit aisément dès qu’on a cessé de la diaboliser.

“Et si ce confinement permettait de valoriser enfin les formes de vie conjugale qui sortent du cadre traditionnel?”

En bref, les célibataires ne sont sans doute pas les moins bien loti·e·s en cette période où avoir un espace à soi est devenu plus précieux que jamais. Pas de montagne de vaisselle ni de menus à prévoir sur la semaine, pas d’exercices de maths ni d’embrouille sur le film qu’on va voir, FaceTime à volonté si le besoin de parler se fait sentir, et possibilité d’aller se dégourdir les jambes à toute heure de la journée dans les conditions autorisées par les préfectures. Les confiné·e·s solo qui ont un animal ne cachent pas leur joie d’avoir une compagnie et une forme de lien tactile à l’heure où les contacts physiques et sociaux sont ce qui nous manque le plus: une simple bise ou une accolade appartiennent déjà à une époque révolue. Là encore, les femmes à chat prennent une belle revanche sur les stéréotypes dont elles ont bien du mal à se débarrasser.

Et si ce confinement permettait de valoriser enfin les formes de vie conjugale qui sortent du cadre traditionnel? Et si l’explosion de beaucoup de nos croyances incluait celles qui régissent nos vies privées et que les femmes peinent particulièrement à assumer?

La réflexion étant amorcée sur tous les aspects de nos modes de vie contemporains, pourquoi ne pas investir le champ de nos amours et de la façon dont nous les organisons? Quatre semaines après le début de nos vies confinées, il semblerait que nous en soyons loin, mais il paraît que cette nouvelle vie ne fait que commencer…

Source : https://cheekmagazine.fr/contributions/confinement-coronavirus-covid-solo-celibataire/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *